Actualités Ce que je défends

Appel au boycott de l’élection présidentielle du 11 avril 2021 et à un dialogue national inclusif au Tchad

Selon une information donnée ce mercredi matin par RFI, une partie de l’opposition tchadienne se concerte et discute d’une stratégie commune après l’attaque armée sanglante contre la résidence du candidat à la présidentielle Yaya Dillo Djerou.

Faut-il aller à l’élection présidentielle du 11 avril 2021 dans ces conditions ou faut-il boycotter le scrutin ?

Depuis le scrutin de 1996, l’opposition politique de l’intérieur n’a fait qu’accompagner Idriss Déby dans toutes les élections présidentielles au Tchad. Il est grand temps de changer de posture et de chercher des solutions plus globales à la crise tchadienne avec tous les acteurs politiques de l’intérieur et de l’extérieur, les politico-militaires, la Diaspora et la société civile.

Nous appelons donc l’opposition politique de l’intérieur et la société civile à boycotter le scrutin du 11 avril 2021 pour s’engager résolument dans un processus de dialogue inclusif afin d’envisager la réconciliation nationale dans l’intérêt supérieur de notre pays. Même l’ONU a exhorté les autorités tchadiennes à « favoriser le dialogue politique avant les prochaines élections et à favoriser un processus politique inclusif » en vue de sortir de la crise actuelle.

Sinon, chers compatriotes, il y aura bien d’autres Yaya Dillo qui se révolteront et les plus démocrates et pacifistes d’entre nous seront contraints à se tourner vers des voies de plus en plus violentes qui vont déstabiliser encore davantage notre pays et toute la région car le Tchad appartient à nous tous et ne doit continuellement être confisqué par un seul homme et sa famille après plus de trois décennies de sous-développement et d’extrême pauvreté.

C’est pourquoi, nous réitérons, une fois encore, notre appel pour l’implication et l’appui de la France, des États-Unis, de la Russie, des Nations Unies, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine et de tous les pays amis du Tchad pour que tous les acteurs tchadiens s’engagent dans un processus de dialogue politique constructif, sincère et franc pouvant conduire à la réconciliation nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.